h1

CM du 4 Avril 2014 : Ordre du jour

02/04/2014

Voici l’ordre du jour du prochain Conseil Municipal public qui se tiendra le 4 Avril 2014 à 19 H 15 :

  • Délégations du conseil municipal au maire
  • Indemnités de fonctions aux élus (maire et adjoints)
  • Elections des membres de la commission d’appel d’offres
  • Election des membres du CCAS
  • Composition des commissions municipales
  • Désignations des représentants de la commune dans les différents établissements publics de coopération intercommunale et autres organismes
  • Questions Diverses

.

h1

Premier conseil municipal

30/03/2014

Vendredi 28 mars s’est tenu le premier conseil municipal issu des élections.

Olivier FAYN a remercié la population et a souhaité que la nouvelle équipe ne soit pas confrontée aux mêmes difficultés que celles qu’il a vécues.

La nouvelle équipe a ensuite procédé à l’élection du Maire et des adjoints.

Christophe RICHEL a été élu maire avec 22 voix sur 23.

Les adjoints sont les suivants :

Bernard CHEVALIER
Camille LAMY
Roland MITHIEUX
Fabienne PACCOUD
Christian REGAIRAZ

La liste des adjoints a été élue par 23 voix sur 23.

Le prochain conseil municipal se tiendra le vendredi 4 avril à 19h15. La composition de l’ensemble des commissions sera à l’ordre du jour.

.

h1

Fin du mandat

24/03/2014

Nous ne parlerons plus désormais au nom de l’opposition.

Nous sommes cependant des citoyens attentifs à la vie de notre commune et nous ne manquerons pas de continuer à vous informer.

Patricia MERENDET et Georges ARHANCET

.

h1

Elections municipales

24/03/2014

Dimanche, les Saint-Bardolains ont choisi.

Nous avons un nouveau maire et une nouvelle équipe : celle de Christophe RICHEL et de 17 de ses co-listiers.

Pour compléter cette équipe : Jean-Jacques FRESKO et deux de ses co-listiers ainsi qu’Odile GRUMEL et Ludovic MOLIN.

La présentation de ce nouveau conseil municipal aura lieu ce vendredi 28 mars à 19h dans la salle du conseil en Mairie.

Nous souhaitons à l’ensemble de cette nouvelle équipe de réussir à faire ce qu’ils ont annoncé.

.

h1

Réflexions autour de la ruralité et de sa préservation

22/03/2014

Lors de la réunion publique initiée par Christophe RICHEL, Bernadette FORTIN a fait une intervention sur la préservation de l’agriculture.

Quelques morceaux choisis : « Il n’y a pas de village sans agriculture et sans agriculture paysanne. Il faut s’intéresser à ceux qui en sont les principaux acteurs : les agriculteurs. La première question à se poser pour nous : est-ce-que notre génération marquera la fin de la ruralité sur Saint-Baldoph ? Que peut faire une commune pour susciter l’installation des jeunes agriculteurs dans des conditions acceptables ? On ne peut pas apporter de réponse toute faite à cette question complexe mais on a pris conscience de cette problématique et nous nous engageons à initier une étude prospective à l’échelle du village. »

A la remarque de Monsieur FONT regrettant la disparition d’une des plus belles parcelles de vigne du village située au lieu-dit La Porretaz, Christophe RICHEL a coupé court en rappelant qu’il s’agissait d’une affaire privée …

Et ça continue à Saint Grat ( cliquer sur les photos pour les agrandir )

La réponse est claire : votre génération risque effectivement d’être la dernière !

Un bel exemple de la langue de bois !

.

h1

Réunion publique de « Agir pour Saint-Baldoph »

22/03/2014

Jeudi 20 mars s’est tenue la réunion de la liste de Christophe RICHEL. Après l’inévitable présentation individuelle des candidats insistant sur la durée de leur appartenance à la commune, comme si cela leur donnait une légitimité supplémentaire (tant pis pour ceux qui sont arrivés récemment), nous avons appris que « l’équipe avait fourni un travail considérable pour présenter ce programme ». Après cette entrée en matière alléchante, le public était conquis.

Malheureusement la suite n’était pas du même tonneau !

Sur la question des rythmes scolaires présentées par Camille LAMY qui, à l’évidence ne connaissait pas le dossier et qui n’avait que pour seule référence la gazette, nous n’avons rien appris sinon que malgré le vote de la loi et du décret l’accompagnant, Christophe RICHEL n’avait pas l’intention de mettre en œuvre cette réforme. A la réflexion d’un participant rappelant que la loi doit s’appliquer, il a répondu : « Il faut que l’on soit très à l’écoute pour savoir si ces nouveaux rythmes, on va les imposer à la rentrée 2014. C’est la loi mais la loi, vous savez, il y a des lois qu’on peut contourner. On peut aussi opter pour les nouveaux rythmes et ne rien mettre dedans. Si nous sommes élus, la première chose à faire, c’est de rencontrer les instituteurs, les parents d’élèves. »

Bravo Monsieur RICHEL, comme potentiel futur premier représentant de l’état dans la commune, ne pas appliquer la loi, encore BRAVO ! De plus refaire une concertation qui a déjà eu lieu, comment pensez-vous que les premiers concernés vont le prendre … ? Enfin, n’étant même pas en capacité de vous prononcer sur les rythmes, que penser de votre discours sur le dispositif EMILE qu’à l’évidence vous ne connaissez pas mieux et qui est du ressort strict de l’éducation nationale. Et vous dites que vous avez travaillé vos dossiers ?

Sur le soutien aux associations dont a parlé Bernard CHEVALIER, seule Pause-Loisirs a été mise en avant malgré la présence au sein de l’équipe de Frédéric MEYRIEUX président du FC StBaldoph. La confusion entre le comité des fêtes et Saint-Baldoph Evènements révèle encore la parfaite maîtrise des dossiers.

Sur la partie consacrée aux finances communales, présentée par Roland MITHIEUX, après un rappel des éléments du compte administratif 2013 présenté en conseil municipal et un comparatif de la taxe foncière et de la taxe d’habitation avec les communes environnantes, voilà ce qui est déclaré : « Notre intention est de maintenir les taux actuels, toutefois si des éléments indépendants de notre gestion communale venaient à surgir, comme par exemple, une diminution importante de la dotation de l’Etat, aujourd’hui à hauteur de 500 000€, nous serions contraints, comme d’autres communes de revoir notre axe de travail, de maintenir l’impôt. »

Grande nouvelle ! Qu’avons nous appris : rien. Encore un dossier parfaitement travaillé !

Intervention de Laurent CLARET sur les aménagements du village, les logements, le cœur de village, la création d’un éco-quartier … Mais pour cela il sera nécessaire d’aller au bout d’un PLU qu’ils veulent, en concertation avec la population remettre à plat le plus vite possible … . Au rythme où vont les choses, malgré tout le travail déjà engagé, ce n’est pas demain la veille que nous aurons du changement, un cœur de village, des écoles rénovées, des commerces accessibles et des salles pour les associations …

Bref, ils ont réfléchi, ils ont pensé, ils ont travaillé les dossiers mais il est encore nécessaire de réfléchir et de se concerter …

La cerise sur le gâteau c’est la conclusion de Christophe RICHEL, qui, après avoir pris l’essentiel de son programme dans la gazette, nous fait lecture de la fin de l’éditorial de la dernière parution de celle-ci.
Ceux qui avaient des doutes sur la relation qu’il entretient avec la majorité de Catherine COCHET et ce pourquoi le PLU n’a pas vu le jour ont la réponse. Christophe RICHEL est l’héritier aujourd’hui déclaré de Catherine COCHET.

.

h1

Chassez le naturel , il revient au galop !

20/03/2014

Tous les Saint-Bardolains ont reçu dans leurs boîtes aux lettres les documents pour les élections de dimanche. Chacun aura été attentif à la lecture des professions de foi.
Quelle meilleure illustration des propos de Patricia Merendet dans sa lettre adressée aux Saint-Bardolains ce lundi !

La profession de foi de la liste « Construisons l’avenir »,  menée par Monsieur J.J FRESKO, nous donne la réponse. Nous voyons aujourd’hui, comme hier, la réalité de l’individu. Il n’a pas changé, toujours égal à lui même !

Nous avions fait, dans un article précédent, une réflexion sur sa gouvernance, telle qu’indiquée dans la brochure distribuée sans compter, et voilà le vrai FRESKO de retour !

Il écrit : «  les amis du maire qui le soutiennent jusqu’au bout » :
Monsieur FRESKO ne faisait-il pas partie des 22 qui ont été élus, avec ce maire en 2008 ? A l’évidence, la fidélité en amitié ne fait pas partie des valeurs du personnage.
Où sont-ils, ses amis à lui, ceux qui ont signé le tract qui leur a valu un rappel à la loi en juillet 2011 à échéance juillet 2014 ?
Monsieur FRESKO a mis en ligne, sur son site de campagne, le jugement du Tribunal Administratif concernant le recours sur le règlement intérieur du conseil municipal, en utilisant ce titre « le maire condamné ». Pourquoi quelqu’un qui dit prôner la transparence comme lui, ne met-il pas en ligne le rappel à la loi qui l’a sanctionné, parce qu’à ce jour, si des élus ont été sanctionnés ce sont bien ceux de son groupe démissionnaire.

Il écrit encore: « ceux qui ont étouffé tous les projets, toutes les initiatives, ceux qui ont asphyxié la vie municipale depuis 6 ans «
Nous lui rappelons à nouveau qu’il était élu et adjoint de mars 2008 à octobre 2010 au même titre que nous. Peut-il rappeler ce qu’il a produit ? Parce qu’à part semer la discorde, … personne ne s’en souvient !
Peut-il nous dire ce que nous avons étouffé ? Rien, pas même un contrat avec son employeur Bayard ! Non Monsieur FRESKO, nous n’avons rien empêché ! ni étouffé et encore moins asphyxié, sauf peut-être vos ambitions !

De telles affirmations nous interpellent, d’abord parce qu’elles ressemblent étrangement aux litanies de la majorité menée par Madame Cochet et aussi parce que, si Monsieur FRESKO avait suivi les affaires communales de décembre 2010 à aujourd’hui, il saurait que plus de 85 % des délibérations proposées par l’équipe majoritaire ont été validées à l’unanimité et à fortiori par notre groupe d’élus de la minorité. Mais où était-il donc lors de tous ces conseils municipaux ?

Quelqu’un qui prétend s’intéresser à la vie de sa commune devrait savoir cela.

Il écrit aussi: « poursuivre, pour six ans encore, la politique du maire sortant »
Comment pourrait-on poursuivre sa politique ?
Là encore, Monsieur FRESKO, devons-nous vous rappeler que des élections partielles provoquées par votre démission et celles de vos pairs ont permis à la liste de Pascal BERNARD, non pardon, celle de Catherine Cochet, d’accéder aux responsabilités communales en décembre 2010  avec une majorité totalement libre de décider !
Non vraiment, soyez sérieux, vous ne pensez quand même pas qu’après avoir voulu nous faire endosser votre incompétence, vous allez nous faire endosser celle du groupe qui a suivi ! Vous avez fait le choix de quitter le navire, assumez le !

Vous faites, de plus, le choix de conserver trois membres de cette équipe que vous taxez d’immobilisme.
Comment faire croire aux électeurs que maintenant tout va changer ?

Où étiez-vous Monsieur FRESKO pendant que nous planchions sur le PLU ?
Quelles ont été vos interventions lors des réunions publiques ?
Quel crédit accorder à un discours émaillé d’attaques personnelles ?
Pensez-vous tromper la population ?
Croyez-vous qu’une campagne de communication omniprésente masque la vacuité de vos propositions ?

Vous écrivez enfin :« nous connaissons tous les dangers qui guettent aujourd’hui Saint- Baldoph … »

Le plus grand danger pour Saint-Baldoph aujourd’hui, Monsieur FRESKO, serait que vous soyez maire.

.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 42 followers