h1

Réunion publique de « Agir pour Saint-Baldoph »

22/03/2014

Jeudi 20 mars s’est tenue la réunion de la liste de Christophe RICHEL. Après l’inévitable présentation individuelle des candidats insistant sur la durée de leur appartenance à la commune, comme si cela leur donnait une légitimité supplémentaire (tant pis pour ceux qui sont arrivés récemment), nous avons appris que « l’équipe avait fourni un travail considérable pour présenter ce programme ». Après cette entrée en matière alléchante, le public était conquis.

Malheureusement la suite n’était pas du même tonneau !

Sur la question des rythmes scolaires présentées par Camille LAMY qui, à l’évidence ne connaissait pas le dossier et qui n’avait que pour seule référence la gazette, nous n’avons rien appris sinon que malgré le vote de la loi et du décret l’accompagnant, Christophe RICHEL n’avait pas l’intention de mettre en œuvre cette réforme. A la réflexion d’un participant rappelant que la loi doit s’appliquer, il a répondu : « Il faut que l’on soit très à l’écoute pour savoir si ces nouveaux rythmes, on va les imposer à la rentrée 2014. C’est la loi mais la loi, vous savez, il y a des lois qu’on peut contourner. On peut aussi opter pour les nouveaux rythmes et ne rien mettre dedans. Si nous sommes élus, la première chose à faire, c’est de rencontrer les instituteurs, les parents d’élèves. »

Bravo Monsieur RICHEL, comme potentiel futur premier représentant de l’état dans la commune, ne pas appliquer la loi, encore BRAVO ! De plus refaire une concertation qui a déjà eu lieu, comment pensez-vous que les premiers concernés vont le prendre … ? Enfin, n’étant même pas en capacité de vous prononcer sur les rythmes, que penser de votre discours sur le dispositif EMILE qu’à l’évidence vous ne connaissez pas mieux et qui est du ressort strict de l’éducation nationale. Et vous dites que vous avez travaillé vos dossiers ?

Sur le soutien aux associations dont a parlé Bernard CHEVALIER, seule Pause-Loisirs a été mise en avant malgré la présence au sein de l’équipe de Frédéric MEYRIEUX président du FC StBaldoph. La confusion entre le comité des fêtes et Saint-Baldoph Evènements révèle encore la parfaite maîtrise des dossiers.

Sur la partie consacrée aux finances communales, présentée par Roland MITHIEUX, après un rappel des éléments du compte administratif 2013 présenté en conseil municipal et un comparatif de la taxe foncière et de la taxe d’habitation avec les communes environnantes, voilà ce qui est déclaré : « Notre intention est de maintenir les taux actuels, toutefois si des éléments indépendants de notre gestion communale venaient à surgir, comme par exemple, une diminution importante de la dotation de l’Etat, aujourd’hui à hauteur de 500 000€, nous serions contraints, comme d’autres communes de revoir notre axe de travail, de maintenir l’impôt. »

Grande nouvelle ! Qu’avons nous appris : rien. Encore un dossier parfaitement travaillé !

Intervention de Laurent CLARET sur les aménagements du village, les logements, le cœur de village, la création d’un éco-quartier … Mais pour cela il sera nécessaire d’aller au bout d’un PLU qu’ils veulent, en concertation avec la population remettre à plat le plus vite possible … . Au rythme où vont les choses, malgré tout le travail déjà engagé, ce n’est pas demain la veille que nous aurons du changement, un cœur de village, des écoles rénovées, des commerces accessibles et des salles pour les associations …

Bref, ils ont réfléchi, ils ont pensé, ils ont travaillé les dossiers mais il est encore nécessaire de réfléchir et de se concerter …

La cerise sur le gâteau c’est la conclusion de Christophe RICHEL, qui, après avoir pris l’essentiel de son programme dans la gazette, nous fait lecture de la fin de l’éditorial de la dernière parution de celle-ci.
Ceux qui avaient des doutes sur la relation qu’il entretient avec la majorité de Catherine COCHET et ce pourquoi le PLU n’a pas vu le jour ont la réponse. Christophe RICHEL est l’héritier aujourd’hui déclaré de Catherine COCHET.

.

Publicités