h1

Chassez le naturel , il revient au galop !

20/03/2014

Tous les Saint-Bardolains ont reçu dans leurs boîtes aux lettres les documents pour les élections de dimanche. Chacun aura été attentif à la lecture des professions de foi.
Quelle meilleure illustration des propos de Patricia Merendet dans sa lettre adressée aux Saint-Bardolains ce lundi !

La profession de foi de la liste « Construisons l’avenir »,  menée par Monsieur J.J FRESKO, nous donne la réponse. Nous voyons aujourd’hui, comme hier, la réalité de l’individu. Il n’a pas changé, toujours égal à lui même !

Nous avions fait, dans un article précédent, une réflexion sur sa gouvernance, telle qu’indiquée dans la brochure distribuée sans compter, et voilà le vrai FRESKO de retour !

Il écrit : «  les amis du maire qui le soutiennent jusqu’au bout » :
Monsieur FRESKO ne faisait-il pas partie des 22 qui ont été élus, avec ce maire en 2008 ? A l’évidence, la fidélité en amitié ne fait pas partie des valeurs du personnage.
Où sont-ils, ses amis à lui, ceux qui ont signé le tract qui leur a valu un rappel à la loi en juillet 2011 à échéance juillet 2014 ?
Monsieur FRESKO a mis en ligne, sur son site de campagne, le jugement du Tribunal Administratif concernant le recours sur le règlement intérieur du conseil municipal, en utilisant ce titre « le maire condamné ». Pourquoi quelqu’un qui dit prôner la transparence comme lui, ne met-il pas en ligne le rappel à la loi qui l’a sanctionné, parce qu’à ce jour, si des élus ont été sanctionnés ce sont bien ceux de son groupe démissionnaire.

Il écrit encore: « ceux qui ont étouffé tous les projets, toutes les initiatives, ceux qui ont asphyxié la vie municipale depuis 6 ans «
Nous lui rappelons à nouveau qu’il était élu et adjoint de mars 2008 à octobre 2010 au même titre que nous. Peut-il rappeler ce qu’il a produit ? Parce qu’à part semer la discorde, … personne ne s’en souvient !
Peut-il nous dire ce que nous avons étouffé ? Rien, pas même un contrat avec son employeur Bayard ! Non Monsieur FRESKO, nous n’avons rien empêché ! ni étouffé et encore moins asphyxié, sauf peut-être vos ambitions !

De telles affirmations nous interpellent, d’abord parce qu’elles ressemblent étrangement aux litanies de la majorité menée par Madame Cochet et aussi parce que, si Monsieur FRESKO avait suivi les affaires communales de décembre 2010 à aujourd’hui, il saurait que plus de 85 % des délibérations proposées par l’équipe majoritaire ont été validées à l’unanimité et à fortiori par notre groupe d’élus de la minorité. Mais où était-il donc lors de tous ces conseils municipaux ?

Quelqu’un qui prétend s’intéresser à la vie de sa commune devrait savoir cela.

Il écrit aussi: « poursuivre, pour six ans encore, la politique du maire sortant »
Comment pourrait-on poursuivre sa politique ?
Là encore, Monsieur FRESKO, devons-nous vous rappeler que des élections partielles provoquées par votre démission et celles de vos pairs ont permis à la liste de Pascal BERNARD, non pardon, celle de Catherine Cochet, d’accéder aux responsabilités communales en décembre 2010  avec une majorité totalement libre de décider !
Non vraiment, soyez sérieux, vous ne pensez quand même pas qu’après avoir voulu nous faire endosser votre incompétence, vous allez nous faire endosser celle du groupe qui a suivi ! Vous avez fait le choix de quitter le navire, assumez le !

Vous faites, de plus, le choix de conserver trois membres de cette équipe que vous taxez d’immobilisme.
Comment faire croire aux électeurs que maintenant tout va changer ?

Où étiez-vous Monsieur FRESKO pendant que nous planchions sur le PLU ?
Quelles ont été vos interventions lors des réunions publiques ?
Quel crédit accorder à un discours émaillé d’attaques personnelles ?
Pensez-vous tromper la population ?
Croyez-vous qu’une campagne de communication omniprésente masque la vacuité de vos propositions ?

Vous écrivez enfin :« nous connaissons tous les dangers qui guettent aujourd’hui Saint- Baldoph … »

Le plus grand danger pour Saint-Baldoph aujourd’hui, Monsieur FRESKO, serait que vous soyez maire.

.

Publicités