Archive for the ‘Budget’ Category

h1

Réunion publique de « Agir pour Saint-Baldoph »

22/03/2014

Jeudi 20 mars s’est tenue la réunion de la liste de Christophe RICHEL. Après l’inévitable présentation individuelle des candidats insistant sur la durée de leur appartenance à la commune, comme si cela leur donnait une légitimité supplémentaire (tant pis pour ceux qui sont arrivés récemment), nous avons appris que « l’équipe avait fourni un travail considérable pour présenter ce programme ». Après cette entrée en matière alléchante, le public était conquis.

Malheureusement la suite n’était pas du même tonneau !

Sur la question des rythmes scolaires présentées par Camille LAMY qui, à l’évidence ne connaissait pas le dossier et qui n’avait que pour seule référence la gazette, nous n’avons rien appris sinon que malgré le vote de la loi et du décret l’accompagnant, Christophe RICHEL n’avait pas l’intention de mettre en œuvre cette réforme. A la réflexion d’un participant rappelant que la loi doit s’appliquer, il a répondu : « Il faut que l’on soit très à l’écoute pour savoir si ces nouveaux rythmes, on va les imposer à la rentrée 2014. C’est la loi mais la loi, vous savez, il y a des lois qu’on peut contourner. On peut aussi opter pour les nouveaux rythmes et ne rien mettre dedans. Si nous sommes élus, la première chose à faire, c’est de rencontrer les instituteurs, les parents d’élèves. »

Bravo Monsieur RICHEL, comme potentiel futur premier représentant de l’état dans la commune, ne pas appliquer la loi, encore BRAVO ! De plus refaire une concertation qui a déjà eu lieu, comment pensez-vous que les premiers concernés vont le prendre … ? Enfin, n’étant même pas en capacité de vous prononcer sur les rythmes, que penser de votre discours sur le dispositif EMILE qu’à l’évidence vous ne connaissez pas mieux et qui est du ressort strict de l’éducation nationale. Et vous dites que vous avez travaillé vos dossiers ?

Sur le soutien aux associations dont a parlé Bernard CHEVALIER, seule Pause-Loisirs a été mise en avant malgré la présence au sein de l’équipe de Frédéric MEYRIEUX président du FC StBaldoph. La confusion entre le comité des fêtes et Saint-Baldoph Evènements révèle encore la parfaite maîtrise des dossiers.

Sur la partie consacrée aux finances communales, présentée par Roland MITHIEUX, après un rappel des éléments du compte administratif 2013 présenté en conseil municipal et un comparatif de la taxe foncière et de la taxe d’habitation avec les communes environnantes, voilà ce qui est déclaré : « Notre intention est de maintenir les taux actuels, toutefois si des éléments indépendants de notre gestion communale venaient à surgir, comme par exemple, une diminution importante de la dotation de l’Etat, aujourd’hui à hauteur de 500 000€, nous serions contraints, comme d’autres communes de revoir notre axe de travail, de maintenir l’impôt. »

Grande nouvelle ! Qu’avons nous appris : rien. Encore un dossier parfaitement travaillé !

Intervention de Laurent CLARET sur les aménagements du village, les logements, le cœur de village, la création d’un éco-quartier … Mais pour cela il sera nécessaire d’aller au bout d’un PLU qu’ils veulent, en concertation avec la population remettre à plat le plus vite possible … . Au rythme où vont les choses, malgré tout le travail déjà engagé, ce n’est pas demain la veille que nous aurons du changement, un cœur de village, des écoles rénovées, des commerces accessibles et des salles pour les associations …

Bref, ils ont réfléchi, ils ont pensé, ils ont travaillé les dossiers mais il est encore nécessaire de réfléchir et de se concerter …

La cerise sur le gâteau c’est la conclusion de Christophe RICHEL, qui, après avoir pris l’essentiel de son programme dans la gazette, nous fait lecture de la fin de l’éditorial de la dernière parution de celle-ci.
Ceux qui avaient des doutes sur la relation qu’il entretient avec la majorité de Catherine COCHET et ce pourquoi le PLU n’a pas vu le jour ont la réponse. Christophe RICHEL est l’héritier aujourd’hui déclaré de Catherine COCHET.

.

Publicités
h1

Réunion publique de « Construisons l’avenir ! »

02/03/2014

Vendredi 28 février s’est tenue à la salle Pré Martin la première réunion publique pour les prochaines élections municipales.

Les personnes présentes n’ont pu avoir qu’une vision partielle de la liste puisque plusieurs candidats manquaient à l’appel. Après l’introduction de Jean-Jacques FRESKO et la présentation individuelle des candidats, nous avons été attentifs à la présentation du programme de cette liste.

De nombreux projets ambitieux nous ont été énumérés, mais les questions sur leur financement posées par l’auditoire n’ont pas reçu de réponse très explicite. Cependant, dans la brochure généreusement distribuée aux Saint-Bardolains, nous pouvons lire que le financement de ces coûteux projets sera réalisé sur plusieurs décennies par un recours à l’emprunt et des subventions publiques.
Dans un contexte où les subventions publiques diminuent et où les collectivités territoriales doivent assumer des charges de plus en plus nombreuses, nous nous interrogeons sur le réalisme de telles propositions.

Pour ce qui est de la « gouvernance » de la commune, il est dit, dans la même brochure : « Les années écoulées ont conduit à une situation burlesque où le Maire, cramponné à son siège, n’a plus de majorité depuis 5 ans ! Il faut de toute urgence – remettre la Mairie en marche- . »
Pour nous, ce qui est burlesque, c’est que le même Jean-Jacques FRESKO, élu en 2008 avec ce Maire, adjoint et chef de file d’une majorité contestataire n’ait trouvé comme solution que de démissionner et ainsi trahir la confiance des habitants qui l’avaient élu. Quelle crédibilité a-t-il aujourd’hui pour donner des leçons de gouvernance ?

Nous, élus de l’opposition, avons fait face, contre vents et marées, derrière notre Maire élu démocratiquement et avons accompli notre mandat par respect pour les électeurs et le mandat qu’ils nous ont confié.

Au cours de cette même réunion, Christophe RICHEL, tête de liste de « Agir pour Saint-Baldoph », interpellé par Monsieur FRESKO a déclaré qu’il partageait 85 à 90% des propositions proposées ce soir-là. Nous nous interrogeons, devant une si belle unanimité, sur l’intérêt d’avoir deux listes !

Nous, nous pensons que les Saint-Bardolains qui s’intéressent à la vie de leur commune sauront faire la différence entre les discours, les compétences, les vrais engagements et ceux qui les tiennent ou pas et la faisabilité des propositions.

h1

La bibliothèque … Copie à revoir !

23/07/2013

C’est le point 2 inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal qui aura monopolisé les débats pendant plus d’une heure : l’agrandissement de la bibliothèque.

Le coût du projet n’a été communiqué aux élus que quelques minutes avant le début de la séance !

Comment, dans ce cas, autoriser le maire à déposer un permis de construire sur la base de documents aussi succincts ( voir ici ) et avec un coût annoncé de 418 000 € HT pour un premier projet et un coût de 359 000 € HT pour un deuxième alors que la ligne budgétaire allouée à ce projet est de 250 000 € ?
La discussion s’est engagée sur l’opportunité d’agrandir la bibliothèque dans les proportions des projets ou de les revoir à la baisse. Lors d’un tour de table, chacun a pu s’exprimer. Il en est ressorti une majorité favorable à une extension de la bibliothèque dans le cadre de l’enveloppe budgétaire votée en avril, soit 250 000 €.

Pour ce qui est du financement de cet agrandissement, les inconditionnels ont proposé de transférer d’autres lignes budgétaires sur ce projet comme les 200 000 € destinés au local de l’haltérophilie, d’autres encore d’engager les dépenses coûte que coûte en disant : « On ne sera plus là ! ». Monsieur Christian Joly, adjoint aux finances, a rappelé à l’assemblée que le budget avait été voté en avril avec des priorités et des enveloppes définies et que ces propositions le remettaient en cause.

Au-delà du montant de cette réalisation, des questions restent sans réponse :

  • A quelle étude de besoins ou à quelle ambition ce bâtiment répond-il ?
  • Comment justifier le doublement de la surface avec l’installation d’une cuisine, de deux sanitaires alors qu’il en est prévu à l’extérieur ?
  • Quel sera le statut de cet espace : bibliothèque municipale ou gérée par une association ?

Au-delà de la construction de ce bâtiment, aucune indication sur son coût pour la commune : agencement, fonctionnement, entretien, personnel, renouvellement du fond, etc … !

Compte tenu de toutes ces incertitudes, il a été décidé que le projet soit revu et re-présenté ultérieurement en conseil municipal.

.

h1

Utilisation de l’argent public

09/06/2013

Dans la page centrale de la gazette, on peut voir : « Réalisations 2012 et projets 2013 ». Nous ne reviendrons pas longuement sur ce sujet qui a déjà fait l’objet d’un certain nombre de nos articles.
Cependant, la manière dont sont présentées ces opérations ne permet pas toujours de connaître le coût réel supporté par la commune.

1) Travaux en mairie (appartements + accueil) :

  • Budget primitif 2012: 185 628 € TTC
  • Coût final : 175 000 € TTC + accueil 50 000€ TTC = 225 000 €.

Or, selon une décision modificative du budget votée le 3 septembre 2012 pour ces travaux en mairie :

  • Réalisé au 31 août : 182 660 € TTC
  • Reste à financer : 57 000 € TTC soit un total de 239 660 € TTC

Comprendra qui pourra …
Il faudra 15 ans pour que la commune amortisse ces travaux …. Seul un de ces appartements est loué !

2) Achat d’un nouveau local technique

  • Budget primitif 2012 : 746 000 € TTC
  • Coût final de l’opération 737 838 € TTC

A ce jour, les autres box ne sont toujours pas occupés … Une bonne opération pour qui ? Nous avions dénoncé le coût exorbitant de ce local !

3) Aire de jeu de Pré Martin

  • Budget primitif 2012 : 60 000 € TTC
  • Coût final de l’opération 56 500 € dont 20 000 € de subvention par la région et 18 250 € par Chambéry-Métropole au titre du CUCS
  • Coût pour Saint-Baldoph : 18 250 € TTC

4) Local sportif du Frainet

  • Budget primitif 2012 : 503 824 €
  • Coût de l’opération 575 000 € TTC (déduction à faire de la subvention de 68 000 € du conseil général FDEC ).

Nous sommes loin, loin, loin, des 375 000 € TTC annoncés lors du budget 2011 « à quelques louchées près ». Nous avions bien des raisons de nous inquiéter … !

5) Extension de la bibliothèque

  • Budget primitif 2012 : 100 000 €TTC.
  • Budget primitif 2013 : 250 000 € TTC.

A ce jour, aucune information supplémentaire sur le projet.
Aucune mention de la subvention accordée à l’association qui gère la bibliothèque et aucune information sur son coût de fonctionnement … !
Nous nous inquiétons, d’ores et déjà du coût final de l’opération.

Bilan de la fréquentation de la bibliothèque de Saint-Baldoph

  • 517 lecteurs ayant emprunté au moins un ouvrage dans l’année,
  • 13 135 document empruntés soit 10% de plus que l’année 2011.

A titre indicatif et sachant que Saint-Baldoph a deux fois plus d’habitants que la commune de Voglans (1 681 habitants), il aurait été intéressant de pouvoir comparer l’activité de ces services à la population.

Bilan de Voglans ( compte rendu du conseil municipal )

  • 363 inscrits dont 191 enfants de 0 à 15 ans et 172 de plus de 15 ans,
  • 130 jours et 450 heures d’ouverture au public sans compter l’accueil des classes des écoles,
  • 14 classes accueillies les mardis et jeudis
  • 1 600 heures de bénévolat et un budget de 6 000 €
  • 4 704 entrées soit 26% d’entrées supplémentaires par rapport à 2011.

En conclusion, un tableau synthétique reprenant chacune de ces opérations avec le coût prévisionnel, le réalisé et le coût final, les subventions à déduire et ces montants tous exprimés TTC ou HT, aurait été plus compréhensible par tous.

.

h1

La culture, ce n’est pas de la confiture !

09/04/2013

Toujours à propos de l’extension de la bibliothèque, Mme COCHET, première adjointe et défenseure de ce projet a vivement réagi aux propos de Mme MERENDET qui dénonçait le détournement de cette subvention. Voici ce que Mme COCHET dit à propos des enfants des quartiers de l’Espinier et de Pré Rond :

« L’intérêt ( de l’agrandissement de la bibliothèque ) est que ces enfants-là puissent accéder à la culture (…). On espère bien qu’un jour ils viendront à la culture. (….). Il faut arrêter de penser que les enfants qui sont en difficulté n’ont droit qu’aux accès sportifs. »

Ces propos sont repris dans le Dauphiné Libéré : « … Les jeunes des quartiers sociaux avaient droit à un égal accès à la culture et que cette subvention entrait dans le cadre de cette aide … »

Le schéma est très simpliste et méprisant :
Quartiers sociaux = enfants en difficulté = pas d’accès à la culture ===> bibliothèque !

Lorsque l’on connaît les horaires d’ouverture de la bibliothèque ( Lundi, Mercredi et Vendredi de 16h30 à 18h30, le Samedi de 10h30 à midi, et fermée pendant les congés scolaires ), pour se cultiver, il faut vraiment bien viser … !

Les habitants de l’Espinier et du Pré Rond apprécieront ! Ils vont enfin pouvoir accéder à la culture grâce à Mme COCHET … !

.

h1

Les sources du Dauphiné Libéré sont elles fiables (bis repetita …) ?

09/04/2013

Dans le journal du dimanche 7 Avril 2013, chacun a pu lire le compte rendu du conseil municipal du 3 Avril. Dans cet article, on peut lire à propos de l’intervention de Mme MERENDET au sujet de l’utilisation de la subvention du CUCS pour agrandir la bibliothèque : « En cas de concrétisation de cet agrandissement, une pétition serait organisée. »

Nous ne pouvons que nous féliciter, à nouveau, de disposer des enregistrements des séances publiques. Mme MERENDET n’a jamais évoqué une quelconque pétition mais a informé le conseil municipal que des habitants des quartiers du Pré Rond et de l’Espinier entameraient une procédure judiciaire si cette subvention était utilisée pour l’agrandissement ; ce qui n’est pas du tout la même chose.

Mme ERRICO, la correspondante du DL pour notre commune, devrait se procurer les enregistrements faits par le groupe majoritaire, cela lui éviterait d’écrire n’importe quoi !
Il lui faudrait également davantage d’imagination : le titre de son article est le même que celui de l’année dernière « Budget voté et taux inchangés ». Vivement l’année prochaine … !

.

h1

Nos commentaires sur le CM du 3 avril

07/04/2013

Neuf points à l’ordre du jour alors que le budget aurait mérité à lui seul l’intégralité de cette séance.

  • Comme l’année précédente, une seule réunion préparatoire à 23 élus, enfin plus précisément à 17 ….
  • Comme l’année précédente, une présentation de la part de M. Christian JOLY, adjoint aux finances, sans l’utilisation des moyens techniques qui auraient permis aux courageux habitants présents de suivre intelligemment et sans ennui un long monologue de presque deux heures.
  • Comme l’année précédente, aucune intervention des élus de la majorité municipale à l’exception de celle de Mme MARCHETTI qui a permis une modification pertinente des achats au bénéfice des agents territoriaux responsables de l’entretien des espaces verts et de l’arrosage.
  • Comme l’année précédente, les seules questions posées l’ont été par les élus de la minorité.

Les points sur lesquels nous sommes intervenus :

1) Le coût total des différents travaux a été demandé

  • Rénovation des vestiaires du football : 583 000 € TTC
  • Travaux de la Mairie : rénovation des appartements : 160 000 €
  • Accueil de la mairie : 111 000 €
  • Locaux techniques (ZA Chanay) : 737 838 €

2) L’augmentation forte des charges du personnel alors que M. Christian JOLY s’était engagé à les réduire par une meilleure gestion.

3) L’augmentation des charges à caractère général due à la hausse importante des coûts de l’énergie alors qu’un bilan énergétique devait être effectué.

4) L’extension de la bibliothèque : 250 000 €. Alors que le montant initial était de 200 000 € en bénéficiant d’une subvention de 100 000€. Mme P. MERENDET dénonce le détournement de cette subvention du CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale) destinée au deux quartiers dits de veille du Pré Rond et de l’Espinier. De plus, lors de l’enquête menée en 2008 et qui avait recueilli plus de 700 réponses, seules 4 personnes s’étaient prononcées sur la priorité d’un agrandissement de la bibliothèque. Gageons qu’elles siègent au conseil municipal ou qu’elles en sont très proches ….

Le montant des subventions allouées aux autres associations permet de voir que le foot et l’haltérophilie sont les deux seules disciplines ayant droit de cité dans notre commune. Que dire de l’absence de subvention à l’association Saint-Baldoph-Evénement qui condamne notre commune à être une cité morte jusqu’au prochain mandat.

Nous tenons à disposition de tous ceux qui le souhaitent l’enregistrement de cette séance qui a montré, une fois de plus l’absence de dialogue, l’absence de transparence, le mépris à l’égard des élus minoritaires et du public présent, le dédain avec lequel M. Christian JOLY répond ou refuse de répondre aux questions qui lui sont posées.

.