h1

Parole confisquée … Démocratie bafouée … !

03/12/2013

Ce soir, la censure a encore frappé !

Les questions diverses, transmises le lundi précédent ce conseil comme demandé, et dont vous avez eu la primeur sur ce blog, n’ont pas été inscrites à l’ordre du jour ! Et ça n’est pas la première fois !

Comment peut-on faire confiance à des élus, qui prétendent être à l’écoute et au service de la population et qui adoptent un tel fonctionnement ?

Ce que nous avons vécu ce soir à la fin du conseil municipal est INACCEPTABLE.

BRAVO LA TRANSPARENCE ET LE RESPECT DE LA DEMOCRATIE !

Saint-bardolains, réveillez-vous, allez vous continuer à cautionner ces individus ?

Pascal BERNARD, adjoint à l’urbanisme en charge du PLU
Jean-Paul BESSON, adjoint aux travaux
Catherine COCHET, 1ère adjointe, chargée de l’information et de la communication
Marie-Claude CLARET, adjointe aux affaires scolaires
Josette DUPRAZ, adjointe aux sports et à la vie associative
Olivier FAYN, Maire de Saint-Baldoph
Michèle GAZZETTA, élue
Laurent GIRARD, élu
Gilles GRANGER, élu
Emmanuel De GUILLEBON, élu
Christian JOLY, adjoint aux finances
Michel LACROIX, élu
Mireille MARCHETTI, élue
Bernadette REYNAUD, élue
Geneviève TOURETTE, élue

Encore une fois, ce conseil municipal a évité les questions d’importance, préférant consacrer son peu d’énergie à des questions de peu d’intérêt.

Si les élus de l’opposition n’avaient pas fait entendre leur voix, la majorité aurait, par exemple, abandonné les pénalités de retard à l’encontre de l’entreprise qui a saboté la réfection des appartement de la Mairie. Le conseil a finalement consenti à faire respecter les clauses du contrat par l’entrepreneur et le maitre d’ouvrage. Il est dommage que le responsable du suivi des travaux M. Jean-Paul BESSON ne se soit pas senti davantage concerné.

Il est bien évident que nos questions dérangent :

  • Comment parler du PLU alors que la commission d’urbanisme ne s’est pas réunie depuis le mois de septembre ?
  • Comment penser que le PLU arrive à son terme alors que le frère de la première adjointe, Catherine COCHET, est membre fondateur de l’association qui fait signer une pétition pour l’abandon de ce projet ?
  • Que penser de la modification du terminus du bus de la STAC, sans aucune concertation avec les habitants, malgré la pétition des usagers qui se trouvent en difficulté parce qu’un intérêt privé à prévalu sur l’intérêt collectif ?
  • Que penser du mécontentement occasionné par le réaménagement du parking des écoles qui a déjà coûté plus de 50 000 € ?
  • Comment expliquer la fuite de nos agents territoriaux vers d’autres horizons ?
  • Qu’en est-il de la bibliothèque ?
  • Qu’attendre de la réforme des rythmes scolaires ?

Nous ne lâcherons rien, n’en déplaise à certains, nous voulons obtenir des réponses claires à des questions bien légitimes.

.

Publicités