h1

PLU rien ne va PLUS … !

25/09/2013

Voilà ce qui accueillait les Saint-Bardolains qui ont assisté à la réunion organisée par l’ADPF à la salle Pré Martin vendredi soir (20/09/2013).

Le tract distribué dans les boîtes aux lettres quelques jours auparavant était alléchant mais trompeur.

Cette réunion n’avait pour seul objectif que de réunir des adhésions à l’association et de faire signer une pétition pour faire avorter ce projet de PLU.
Un compte rendu des réunions de concertation qui se sont déroulées entre avril et juin 2013 en présence des élus en charge de la commission d’urbanisme et l’architecte de PBR a été effectué par Messieurs RICHEL et BLANC lors de cette soirée. Ce compte rendu était partial, tronqué et donnait le beau rôle aux représentants de l’ADPF : ils auraient discuté de l’avenir de la commune, de l’intérêt bien compris de tous ses habitants, de la nécessité de diversifier l’habitat et d’offrir un vrai centre village à Saint-Baldoph … face à des interlocuteurs incompétents et qui ne voulaient pas reconnaître le bien fondé de leurs propositions.

Les comptes rendus de ces réunions ( voir ces liens : 17/04/2013 , 14/05/2013 , 24/6/2013 ), publiés par l’association Saint-Baldoph-Sauvegarde, ne mentionnent, malheureusement pour l’ADPF, aucune de ces préoccupations. En revanche, ils relatent les longues discussions autour des terres agricoles et viticoles et des intérêts des propriétaires de ces terrains. Le centre ville n’a été évoqué que sur le coût du foncier et l’entretien du parc. Les commerces ont fait l’objet de discussions pour peu qu’ils se situent dans la zone de Pré Martin près d’un commerce déjà bien installé … A aucun moment, la crèche ou la halte-garderie, l’extension des écoles et les services utiles à une population qui augmenterait n’ont été discutés par eux.
Les membres de l’ADPF, après avoir fait un lobbying appuyé auprès de certains élus et n’ayant pas obtenu satisfaction dans leurs demandes, refusent maintenant les résultats de la concertation qu’ils ont réclamée et à laquelle ils ont participé.

Lors de cette réunion, parmi l’assistance, les participants ont pu noter la présence de quelques membres de la majorité municipale ou de membres de leur famille. Cela interroge : comment des élus en charge d’un projet aussi déterminant pour l’avenir de notre commune peuvent-ils à la fois travailler comme élus en charge de l’intérêt général et manifester, par leur présence, leur soutien à une association qui ne défend que des intérêts privés et qui prône l’abandon de ce même projet ? N’y aurait-il pas conflit d’intérêt ?

Peut-être avons-nous là une explication à la réactivité inexistante de la municipalité quant à communiquer les résultats de cette concertation, à publier le calendrier des opérations et aller au bout de ce projet de PLU par un vote en conseil municipal. N’était-ce cependant pas le seul engagement de campagne de cette équipe?
Que penser du projet ardemment défendu par l’ADPF du contournement du village avec le risque de voir les commerces s’étioler ? A qui appartiennent donc les terrains concernés par cette déviation ?

Avec le vote de la loi DUFFLOT, les dernières possibilités de la commune à agir sur son propre territoire malgré des contraintes règlementaires fortes risquent de disparaître. Ce n’est pas un « chiffon rouge » agité par des anxieux ou des pessimistes comme affirmé lors de cette réunion mais bel et bien une réalité.

C’est pourquoi il est indispensable que des signaux clairs et explicites soient donnés par la municipalité aux habitants sur la détermination des élus à conduire à son terme le travail mené depuis plus de quatre ans et justifier ainsi les sommes dépensées. Rien n’empêchera ensuite de conduire des réflexions concertées sur les modifications qui pourraient être apportées à ce PLU.

Publicités