h1

La liberté d’expression à la mode de chez nous !

30/01/2013

L’article que nous avons proposé à la commission information et communication, présidée par Mme Catherine COCHET, pour la prochaine gazette vient de nous être refusé : nous vous en communiquons les raisons que nous laissons à votre appréciation.

Madame, Messieurs les conseillers de l’opposition municipale,

L’’équipe en charge du bulletin municipal a pris connaissance ce mardi 29 janvier de l’’article que vous lui avez fait parvenir lundi 28, par l’’intermédiaire de la DGS, en vue d’’une parution dans la prochaine gazette.

Cet article, (qui aurait dû nous parvenir vendredi dernier) comporte plus de 4000 caractères. Il est beaucoup trop volumineux pour être publié en l’’état dans l’’espace que nous réservons aux « conseillers n’’appartenant pas à la majorité municipale ». Dans un bulletin d’’information qui ne compte que 8 pages (dont 1 page et demi d’’encarts publicitaires), la mobilisation de plus d’une demi page au service des représentations d’’un groupe très minoritaire serait manifestement disproportionnée.
A titre de comparaison, l’’espace réservé à chaque groupe dans le bulletin de Chambéry métropole est d’’une demi page sur un ensemble de plus de 20 pages. A quelques nuances près, l’’ordre de grandeur est le même dans « Chambéry magazine », « C’’est ma ville » (La Motte-Servolex), Le Mag de St Alban Leysse, les bulletins de Cognin, Barberaz etc.

La charte graphique retenue dans La Gazette de St Baldoph autorise une publication comportant entre 900 et 1100 caractères, espaces compris. Afin de permettre une certaine souplesse, il est possible de placer, si nécessaire, jusqu’à 1500 caractères. Pour l’’excédent, vous avez la liberté de continuer à renvoyer d’’éventuels lecteurs à l’’adresse de votre blog. Le fait que nous ayons accepté de publier un article de 2954 caractères « Déni de démocratie », signé par 5 d’’entre vous dans le n° de décembre 2012, ne préjuge nullement d’’une extension indéfinie de cet espace.

Enfin, nous vous demandons expressément de faire apparaître les noms des signataires, tous les articles de la Gazette devant être signés.

A défaut de recevoir Vendredi 1er février à 12 h au plus tard une version de votre article compatible avec les exigences ci-dessus rappelées, votre contribution ne pourra être publiée dans la gazette en cours de bouclage.

Pour la CIC,
Gilles Granger

A l’évidence, la démocratie participative a encore frappé !

Il est à noter que la majorité excelle plus facilement à compter les mots que les deniers publics ….

Nous vous invitons donc à prendre connaissance en avant première de l’intégralité de notre contribution dans l’article suivant de notre blog.

.

Publicités