h1

Participation aux commissions

31/12/2012

Dans la gazette de Noël on peut lire : « Nous suggérons aux élus de la minorité de participer au travail des commissions qui préparent les décisions pour obtenir les informations auxquelles ils peuvent légitimement prétendre et faire du mandat qu’ils ont choisi de conserver fin 2010 un instrument de travail plutôt qu’un outil de sape systématique des efforts de ceux qui sont aujourd’hui en charge des responsabilités communales. »

Certains ont la mémoire courte, petit rappel des faits :
Lors du premier conseil municipal, notre groupe a été écarté de toutes les délégations que nous avions alors que la fameuse démocratie participative aurait voulu que nous en conservions un tiers, correspondant à notre représentation. Ainsi, la charge des responsabilités communales aurait été mieux partagée. A l’issue de ce même conseil, nous avons été apostrophés violemment dans le couloir par quelques nouveaux élus qui nous ont fermement conseillé de démissionner.

Conformément au mandat qui nous a été confié par la population en 2008, nous avons souhaité poursuivre notre travail au service des Saint-Bardolains. L’attitude des nouveaux élus nous a contraint à nous déterminer dans l’opposition.
Et contrairement à ce qui vous est dit, l’un d’entre nous, Ludovic Molin, participe activement aux travaux d’une commission communale et de Chambéry-Métropole. Ludovic Molin a d’ailleurs le regret de constater que son co-équipier de la majorité n’a participé qu’à quelques réunions du début et que depuis un an il est seul à débattre de problématiques qui intéressent l’avenir de notre commune…..

Question de légitimité
C’est l’expression des suffrages exprimés en 2008 qui nous donne toute légitimité à obtenir des informations sur les affaires de la commune et non une éventuelle participation aux commissions.(article 2121-13 du CGCT, code général des collectivités territoriales)

Instrument de travail
Nous rappelons que plus de 80% des délibérations soumises au conseil municipal ont été adoptées à l’unanimité. Où est la sape systématique ? Qui se pose en victime?

Nous ne donnons pas, à l’évidence, le même sens au mot DEMOCRATIE. Nous pensons que dans un système démocratique il est sain d’avoir une opposition qui soit un contre pouvoir, permettant à la majorité de justifier ses choix en toute transparence et de ne pas considérer qu’elle est dans la toute puissance. C’est le sens que nous donnons à nos interventions en conseil municipal par les questions que nous posons et auxquelles légitimement nous souhaitons avoir de vraies réponses. Nous sommes soucieux des deniers publics et nous voulons que les choix opérés soient conformes aux voeux et à l’intérêt de tous les habitants de notre commune.

.

Publicités